Manager, un vrai métier ?

Dernière mise à jour : 15 avr.

Voici une question que je voulais éclaircir avec vous, tant certaines croyances ont la dent dure.


Certaines entreprises croient encore que le meilleur commercial de l’équipe deviendra forcement un bon directeur commercial, qu’il suffit de maitriser l’expertise technique du service pour être un bon manager et atteindre la performance collective escomptée.


D’autres sont aussi persuadées que l’on est fait, ou pas, pour être manager, comme un don qui nous serait offert à la naissance, que le leadership est inné, que certain en ont, d’autres pas, et que le charisme, vous savez, ca ne s’apprend pas !


Je me pose en faux à ces deux croyances.


Pour moi manager est un métier qui nécessite de savoirs, des savoir-faire et des savoir-être spécifiques, qui peuvent s’acquérir et se développer.

Chacun peut devenir un bon manager, s’il comprend vraiment les enjeux et les attendus de cette mission, s’il est accompagné et qu’il accepte de se remettre en question.

Et que même si certains traits de personnalité facilitent le leadership il est vrai, chacun de nous, avec ce qu’il est, peut rayonner et embarquer les autres dans son sillage, à sa manière.


Quelques savoirs basiques à acquérir


Alors je suis d’accord, le management ne s’apprend dans les livres.

Il s’apprend sur le terrain, par l’expérimentation.

Mais il me semble tout de même important de connaitre certains concepts autour des sujets comme la motivation et les besoins, la communication, le fonctionnement sociologique d’un groupe et d’une organisation, …

Et au delà de tout, la première connaissance nécessaire pour être manager, c’est la connaissance de soi.

Simple, basique. Enfin pas vraiment 😉

Se connaitre est selon moi le fondement du leadership. Pouvoir être solide dans son identité, comprendre son propre fonctionnement, pour pouvoir ensuite comprendre celui des autres, et collaborer efficacement.


Des savoir-faire spécifiques


Alors oui, l’expertise technique peut être un plus pour devenir manager d’une unité ou d’un service, mais ce n’est pas un prérequis indispensable.

Je suis moi-même devenue un jour responsable d’un service de veille économique, sans en être une spécialiste, loin de la. Et j’ai la prétention de croire que cela ne m’a pas empêché de diriger cette équipe et de réussir de très jolis projets avec elle.

Ce qui va être indispensable dans ce cas là, c’est la curiosité, la capacité à s’intéresser à un sujet qu’on ne maitrise pas, à apprendre et à s’adapter, pour parler le même langage que ses collaborateurs.


Les savoir faire spécifiques du manager se situent ailleurs, dans :

  • le pilotage de l’activité : donner un cap, partager une vision, fixer des objectifs, suivre l’activité, …

  • l’organisation du travail : structurer et répartir les missions et les responsabilités, définir des méthodes de travail, gérer son temps et celui de l’équipe, planifier, déléguer, …

  • l’animation de l’équipe : diffuser l’information, organiser les temps de travail collectifs, animer des réunions, soutenir les collaborateurs, mais aussi gérer les tensions et les conflits, arbitrer…

  • l’accompagnement de chaque collaborateur : écouter, faire du feed-back régulier, reconnaitre, faire progresser, réaliser des entretiens annuels, évaluer, …


Et des savoir-êtres essentiels


Parmi les soft-skills essentiels à développer quand on devient manager, je retiens particulièrement :


  • L’humanité, l’empathie et l’écoute

  • Le sens du dialogue et la flexibilité

  • Le sens des responsabilité, la capacité à prendre des décisions, et une bonne dose de courage

  • La cohérence, l’exemplarité, et l’intégrité, pour inspirer confiance

  • L’humilité et la capacité à se remettre en question

  • L’enthousiasme et l’optimisme, et une vraie envie de faire ce métier

  • Et une petite touche d’humour (et non d’ironie 😉), bien utile dans certaines situations !



Voilà, j’espère vous avoir convaincu que manager est un vrai métier.


Et qu’il s’apprend.

Et qu’il demande du temps aussi.


Dans mes accompagnements, la structuration de ce temps dédié au management est toujours un sujet.

Mes clients me demandent souvent :

« -combien de temps dois-je y consacrer en plus de mon vrai métier ?!

- Mais votre métier, c’est aussi celui-là ! »


Il faut se battre auprès des directions pour le faire comprendre et que du temps soit dégagé pour pouvoir manager, accompagner l’équipe, piloter l’activité. Il faut aussi se battre pour que les managers soient accompagnés dans leur prise de fonction, et tout au long de leur parcours managérial.


Parce qu’aujourd’hui, trop de souffrances au travail sont causées par un déficit de management, ou pire par un management toxique.

Je ne jette pas la pierre aux managers, je les comprends bien trop pour cela, mais je questionne plutôt le manque de formation, de structuration et d’accompagnement individuel de cette mission imminemment complexe et exigeante.


« On m’a jeté dans le bain, et je ne savais pas nagé ». Voilà la souffrance que j’entends du côté des managers.


Je pense que ce métier, le plus passionnant à mes yeux (après celui de coach 😉) mérite bien mieux que cela, et que l’accompagnement et la montée en compétences des managers est un sujet fondamental pour la performance et le bien-être de tous en entreprise.

On en parle quand vous voulez !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout