Rechercher

La connaissance de soi, cette aventure ! (partie 2)

Mis à jour : 30 août 2018

Lors du dernier post, j'ai évoqué notre système de croyances, puissant et souvent insidieux, qui influe notre manière de voir le monde et les événements que nous vivons.

Le coaching aide à les révéler et à se défaire petits à petits des croyances qui nous veulent du mal.

Il aide également à réfléchir à 3 autres composantes de notre identité : les valeurs, les besoins et les limites.



La connaissance de soi, fondement de l'estime et de la confiance


L’affirmation de nos valeurs


Nos valeurs sont nos normes de références, nos critères d’évaluations, ce qui nous permet d’apprécier une personne, une situation, un comportement.

Nous évaluons l’ensemble de notre environnement en fonction du degré de satisfaction à ces critères.

Si, par exemple, la liberté est ma valeur principale, j’évaluerai toutes les opportunités qui se présentent en fonction du degré de liberté qu’elles me permettront, ou non, d’avoir.


Les valeurs déterminent le sens que nous donnons à notre vie.

Elles influent et conditionnent nos attitudes et nos réactions. En fonction de ce qui est important pour moi, c’est-à-dire mes valeurs supérieures, je construis ma vision du monde.

Si mes valeurs ne sont pas satisfaites, ou pire si elles sont mises à mal, si je me retrouve dans des situations ou avec des personnes en contradiction avec elles, je ne peux pas être bien.

C’est là qu’apparait la dissonance, le désaccord avec soi-même et donc souvent le mal-être. Les valeurs sont comme les vertèbres de notre colonne, l’alignement de ce que nous vivons, personnellement et professionnellement, avec elles est réellement primordial.


Les valeurs nous poussent à l’action,

Elles nous permettent d’agir et sont la source de toute motivation.

Que ce soit pour obtenir davantage pour nourrir ses valeurs, ou au contraire pour s’élever face à une contre-valeur, elles nous mettent en mouvement.

En les nourrissant, nous développons notre équilibre et notre force.


C’est pourquoi, un travail en coaching passe le plus souvent pas une phase d'expression des valeurs.

Connaitre celles qui sont les plus importantes pour soi, ici et maintenant, et comprendre à quel niveau elles sont satisfaites, permet de déceler ce qui peut être changé, amélioré, pour être plus en phase avec soi-même.


La satisfaction de nos besoins


Les besoins permettent de nourrir les valeurs, et donnent l’énergie nécessaire pour rester en mouvement.

A ne pas confondre avec une simple envie, un désir ou même une compulsion.

Nous avons besoin de manger… et envie de gâteau au chocolat !! Nous avons besoin de reconnaissance….et envie de porter les dernières chaussures à la mode!

Tant qu’un besoin n’est pas satisfait, il exerce une contrainte forte. Cela nous oblige parfois à développer un système de compensation, dont le coût peut être conséquent. On entre dans un stratagème, cherchant à remplacer une chose par une autre, sans obtenir ce dont nous avons réellement besoin.


Exprimer ses besoins est la base de la communication non violente.

Lorsque nos besoins ne sont pas satisfaits, nous attendons souvent que l’autre les devine, et pensons même que c’est la preuve de son attention à notre égard. « Si il /elle m’aime, il/elle doit bien comprendre de quoi j’ai besoin ! ».

Il faut sortir de cette attente, prendre la responsabilité de nos sentiments et émotions et exprimer clairement les besoins qui se cachent derrière ceux-ci.

En le faisant, non seulement nous nous respectons, permettons à l’autre de nous respecter mais lui permettons également d’exprimer ses propres besoins. Et ainsi d’être dans une relation bienveillante et respectueuse.


En coaching, la mise à jour des besoins qui se cachent derrière la demande du client, ou derrière ses émotions, permet de déterminer un objectif, puis des actions envisageables pour l’atteindre.


Prendre ses responsabilité, passer à l'action

Le renforcement de nos limites


Enfin, connaitre ses limites, les poser et les renforcer est la dernière marche de la connaissance de soi et la première de l’affirmation de soi.

Il y a deux types de limites :

- Celles que nous nous imposons (règles propres, code de conduite,..)

- Celles que nous posons aux autres en fonction des comportements qu’ils peuvent avoir.


Une limite peut donc être aidante s’il elle nous apporte protection et renforcement, ou limitante , à l’image de celles que nous nous mettons, par manque de confiance, en lien direct avec nos croyances limitantes.


Poser nos limites, afin de satisfaire nos besoins, préserver notre intégrité et notre bien-être

Ne plus subir.

Connaitre nos seuils de tolérance et ne plus permettre aux autres, mais aussi à nous-même, de les franchir.

Apprendre à dire non.

Dire à une amie, sans craindre de la blesser : « Non, je ne sortirai pas avec toi ce soir, simplement car je suis fatiguée et que j’ai besoin de dormir. »

Mais aussi, renforcer ses limites, en prenant ses responsabilités, en trouvant des solutions et en passant à l’action.

Si cela fait des mois que le papier peint de notre chambre nous déprime, arrêtons de râler et de chercher des excuses, et trouvons un copain sympa ou prenons des cours de bricolage pour refaire la déco !


Le travail en coaching permet de mieux connaitre ses limites et de les renforcer. Cela permet d’améliorer l’estime de soi, et de développer sa congruence, en se donnant les moyens de respecter nos besoins et ainsi nourrir nos valeurs.


Et la boucle est bouclée !